Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2014

UN MAL PROVISOIRE 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN MAL PROVISOIRE

2

 

Grisée par les sortilèges de la matière,

Elle redevient mélodie harmonieuse

Quand sonne l'heure du retour à l'unité.

Alors, une fois goûté au remède espéré,

Elle ne désespère plus de parvenir un jour à dissiper les affres de l'absence,

Et, consentant à l'ultime voyage, elle s'affiche telle une promesse de bonheur.

 

Mais, tout comme l'extase est fugace, l'espoir est trompeur.

Et quand le retour tant espéré se révèle décevant,

La déception des retrouvailles forme une humeur noire

Dont nul ne parvient à réprimer les âcres relents de l'amertume.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

09/12/2014

UN MAL PROVISOIRE 1

au magma présent de l'écriture,

 

UN MAL PROVISOIRE

1

 

C'est le début de l'errance et des rejets,

De ce temps ou la vie avait un sens

Et reflétait l'éternelle nouveauté de ce qui a lieu.


Cependant, la nostalgie n'est qu'un mal provisoire,

Une sorte de maladie du temps au langage subtil

Dont l'enjeu est d'affirmer à quel point l'immuable est précaire.

 

Elle transforme l'horizon en mémoire dénuée de souvenirs

La soumettant ainsi aux aléas coupables du hasard.

A certains moments, elle semble immotivée,

Mais ce sentiment de déchirure s'estompe vite

Tant elle paraît soluble dans les strates de l'espoir.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

07/12/2014

REGARD 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

REGARD

2

Savoir écrire est bien le fait de privilégiés
Qui deviennent, peu ou prou, des écrivains.
Des professionnels de la plume si on veut!

Et encore la capacité d'écriture possédée
Par les écrivains ne devient-il privilège
Que par le fervent plébiscite du lecteur.
C'est ainsi, la qualité de l'écriture ne prend
Crédit que dans la vive acception qu'ils en ont.

Cependant, qui peut affirmer que la plus belle écriture
N'appartient pas à celui-là même qui n'a jamais écrit?

(Fin)

P. MILIQUE

06/12/2014

REGARD 1

au magma présent de l'écriture,

 

REGARD

1


Est-ce une vraie prérogative
Que le pouvoir d'écrire?
La question est vaste bien sûr
A laquelle je ne saurais répondre.
Ou, pour le dire plus exactement,
Il existe beaucoup trop de réponses
Aux thématiques fort contradictoires.

En premier lieu, il faudrait pouvoir faire
Une vraie distinction entre avoir besoin,
En éprouver le vif désir et savoir le faire.
Il est clair que chacun en âge et en mesure
De maîtriser l'usage du crayon et du papier,
Peut se trouver en phases avec ses possibles.

Le seul d'eux qui en l’occurrence concerne
La plèbe scribouillarde dont je fait partie
Est d'évidence, constatons-le, celui de savoir.

(A SUIVRE....)

 

P. MILIQUE

05/12/2014

L’ÉCOLE DU SENSIBLE

au magma présent de l'écriture,

 

L’ÉCOLE DU SENSIBLE


C’est un texte saturé de mots forts, de situations douloureuses
Parce qu’elles affrontent aux éclats d’un réel que l’on imagine mal,
Autant de raisons susceptibles de réveiller les souffrances endormies.

J’aimerais te faire partager cette école du sensible qui borde le précipice.
Je te connais davantage maintenant, assez pour percevoir que tu possèdes
En ton tréfonds la force de caractère nécessaire pour dépasser cette douleur-là
Et te laisser happer, émouvoir par celle qui suinte dans l’ombre ténue de la page.
Une douleur exacerbée qui pourrait t’aider à supporter une partie des tiennes.

Il est peu probable que tu parviennes à lire ce court livre d’une seule traite.
Il te faudra le reposer, souvent peut-être, tant les mots insurgés s’y bousculent,
Se chevauchent, tandis que dans le lourd silence advenu tu entendras leur cri
D’une souffrance communiquant au final l’essence de ce qui un jour fut beau.

P. MILIQUE

04/12/2014

ÉTONNANTE DÉFLAGRATION

au magma présent de l'écriture,

 

ÉTONNANTE DÉFLAGRATION

Il arrive que certains propos tenus en solitaire
Soient marqués au sceau d’un solide bon sens.

Comment traduire autrement l’immersion dans l’obscur
De cet hôte projeté avec la violence sourde du soudain
Dans ce que l’habitude contraint à vivre d’indicible ?

L’expérience implique de prendre un recul salvateur
Afin de pouvoir écrire le possible de ce que l’on est
Avec l’incontrôlable férocité de ce qui déferle en soi.

Étonnante déflagration qui exalte le souffle du sensible…

P. MILIQUE

03/12/2014

HIDEUX MATIN

SOLITUDE.jpg

 

HIDEUX MATIN

 

Hideux matin à lutter contre soi,

A tricher, à user de subterfuges,

Pour ne pas être tenté de rejoindre

Sa future galaxie de cendres sans passé.

 

C'est le travail d'une application obstinée

A ne pas s'avouer l'obscure douleur

Qui l'a jeté dans cette noire solitude

Où son cœur se cogne avec persistance,

Comme le fait un oiseau gravement épuisé,

Contre l'informulé sans élan de sa propre survie.

 

P. MILIQUE

02/12/2014

TELLEMENT PLUS 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

TELLEMENT PLUS

2

De toi me vient encore le sourire étoilé dont j'ai besoin
Alors que chacun d'eux m'inonde d'un soleil d'allégresse,
Tandis que le temps désormais cristallisé se laisse vivre
Dans l'intensité folle de mon âme enchevêtrée à ton souffle.

Au plus symphonique de ma mémoire se pavane ta présence!
Si tu savais combien, même englué au plus imperceptible,
Tout mon être revendique l'écho de mon amour embrasé.

(FIN)

P. MILIQUE

 

01/12/2014

TELLEMENT PLUS 1

au magma présent de l'écriture,

 

TELLEMENT PLUS

1

Comment ne pas me dissoudre dans la pensée de toi
Quand pour survivre j'arpente le labyrinthe cérébral
Qui te dissimule à moi de son halo profus et vaporeux.

Exalté, je poursuis le chemin vers toujours plus de toi,
Là où le ciel désenclave le présent de son immanence.

Je parle aux mailles de tes silences et retiens ta main,
Je te pense à vif dans l'espace inondé de ta présence
Et synchronise mon corps pour t'approcher de moi.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/11/2014

SUR LA PIERRE DE SON CŒUR 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

SUR LA PIERRE DE SON CŒUR

2

Le baiser est venu trop tardivement dans sa vie
Se déposer sur la pierre noire de son cœur durci,
L'onde s'est fourvoyée dans un vertige sans étoiles
Et il déambule à l'horizon d'une ombre spectrale,
Dans l'écho ténu d'une voix que la mort éteindra.

L'azur se prépare désormais linceul dans l'obscur
D'une camarde glacée par le feu atténué du soir,
Et le ciel conciliant l'apaise d'un frisson d'amour
Sous le drap protecteur qui l'enveloppe d'obscur.

(FIN)

P. MILIQUE

29/11/2014

SUR LA PIERRE DE SON CŒUR 1

au magma présent de l'écriture,

 

SUR LA PIERRE DE SON CŒUR

1

Dans  l'inexistence harassante de chaque jour
Il scrute, inquiet, l'infini qui le ronge du dedans.

En proie à une déferlante torrentielle de noirceurs,
Ses multiples tentatives étant restées infructueuses
A éviter les pièges sensoriels nichant le coutumier,
Il tombe, vaincu par une terrible détresse morale,
Dans le total désespoir d'une exécration de vie.

Au cœur vif de l'instant, plus rien ne vibre en lui,
Pas même la sérénité blasée du temps qui passe.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

28/11/2014

AGRIFFER AU SILENCE

au magma présent de l'écriture,

 

AGRIFFER AU SILENCE

Pourquoi s'obstiner à démolir le peu de mystères
Qui subsistent encore aux braises de nos existences?

Il y a ces fêlures proches de l’insoupçonné
Qui rodent dans le fatal sombre de ce qui hurle,
Créant l'insondable malaise désormais audible
Dans l'échappée alternées de vives logorrhées,
Profondes dans l'entrevue d'un presque mutisme,
Qui tentent, désespérées, de s'agriffer au silence....

Comme au vieux temps des croyances aveugles,
Il suivra son propre enterrement en dansant,
Illuminé de son cortège d'anges à trompettes
Et de démons fourchus au battage possédé!

Tout, alors, dans l’emmitouflé d'une paradoxale amnésie,
Rétablira l'ordre obligé d'un monde de liberté en ébauche.

P. MILIQUE