Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2013

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 08/11/2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

08/11/2013

NOTRE DAME DE LA GUADALUPE: MEXICO (MEXIQUE) LE 14 NOVEMBRE 2013

(Captation Personnelle)

 

NOTRE DAME DE LA GUADALUPE

  MEXICO

(MEXIQUE)

LE 14 NOVEMBRE 2013

13/12/2013

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 07/11/2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

07/11/2013

A VOTRE ÉCOUTE COÛTE QUE COÛTE: "LA FEMME QUI VOULAIT REMONTER LE MORAL AUX DÉTENUS"

 

A VOTRE ÉCOUTE COÛTE QUE COÛTE

"LA FEMME QUI VOULAIT REMONTER LE MORAL AUX DÉTENUS"

LES MARIACHIS PLACE GARIBALDI A MEXICO (MEXIQUE) LE 14 NOVEMBRE 2013

(Captation Personnelle)


LES MARIACHIS 

PLACE GARIBALDI 

MEXICO

(MEXIQUE) 

LE 14 NOVEMBRE 2013

 

12/12/2013

A VOTRE ÉCOUTE COÛTE QUE COÛTE: "LA FEMME QUI N'OSAIT PAS LIRE LE JOURNAL INTIME"

 

A VOTRE ÉCOUTE COÛTE QUE COÛTE

"LA FEMME QUI N'OSAIT PAS LIRE LE JOURNAL INTIME"

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 06/11/2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

06/11/2013

ESSAIM DE COCCINELLES A TAXCO (MEXIQUE) LE 13 NOVEMBRE 2013

(Captation Personnelle)

 

ESSAIM DE COCCINELLES

A TAXCO 

(MEXIQUE) 

LE 13 NOVEMBRE 2013

11/12/2013

A VOTRE ÉCOUTE COÛTE QUE COÛTE: "L'HOMME QUI ADORAIT LE MAROC"

 

A VOTRE ÉCOUTE COÛTE QUE COÛTE

"L'HOMME QUI ADORAIT LE MAROC"

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 05/11/2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

05/11/2013

JEAN LOUIS FOULQUIER "TOUT CE QUI EST DÉGUEULASSE"

 

Voilà un phare de ma jeunesse musicale d'auditeur lambda qui s'absente....


JEAN LOUIS FOULQUIER

"TOUT CE QUI EST DÉGUEULASSE"



Paroles: Allain Leprest.

Musique: Romain Didier

1993

Amoco Cadiz, amanite, Sahel
Chrysanthème, canine, morsure, varicelle
Mygale, tarentule, épine, porte-avions
Tout c'qu'est dégueulasse porte un joli nom

Fourmilière, aiguille, acide et calice
Le Chemin des Dames, cercueil, cicatrice
Cyclone, ouragan, camisole, typhon
Tout c'qu'est dégueulasse porte un joli nom

Guillotine, cirrhose, nuit blanche, les Baumettes
Mirador, Stasi, syphon, baïonnette
Fleury-Mérogis, la rue Lauriston
Tout c'qu'est dégueulasse porte un joli nom

Amygdale, pavot, vérole, aspirine
Ecchymose, ortie, sanglot, carabine
Carmélite, javel, cobra, Charenton
Tout c'qu'est dégueulasse porte un joli nom

Camora, péplum, cyanure, mafioso
Tien-An-Men, amen, rasoir et ciseau
Ostie, Vatican, Jean-Marie, mormon
Tout c'qu'est dégueulasse porte un joli nom

Picador, arène, dollar et cédille
Ouragan, menotte, acide, Tchernobyl
Atome et neutron, neurone et citron
Et toi, c'est quoi ton p'tit nom ?

A L’ENCRE DE FEU 2

au magma présent de l'écriture,encre,feu,encrier,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A L’ENCRE DE FEU

2


Les beaux souvenirs ne meurent jamais

Lorsqu’ils sont inscrits à l’encre de feu.

 

Sur la crête de l’évidence de tout ce qui est elle,

Devenir ce muet qui jamais ne se déclare,

Et faire de sa fragilité une force qui s’émerveille,

Épanouie sur le lisse de leurs ailes qui s’étirent.

En une connivente tendresse, il lui prend la main

Avec l’ardent de son amour pour seul balancier

Et, sur le fil de son rêve au rythme endiablé,

Il dépose au sucre de ses lèvres un frugal baiser

Et d’une encre de feu caresse encore l’évidence:

Les beaux souvenirs ne meurent jamais.


FIN

 

P. MILIQUE