Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2017

FAIRE LA VOLUPTÉ

au magma présent de l'écriture,

 

FAIRE LA VOLUPTÉ



Parfois se présente le précieux d'une fusion torrentielle!

Il ne s'agit pas de la représentation ciselée d'un amour
Ponctuellement convoqué sur le pré pour un duel inné,
Mais plutôt celle d'un souffle imprévu et virevoltant
Dans les interstices offerts par les sens exacerbés.
Il se peut que se manifeste là les strates d'un amour rare,
De ceux qui ne s'éprouvent qu'en fleuve exempt de houle.

Il n'a de cesse de le confronter à la puissance de ses désirs,
En une vaste soif de l'autre qu'il n'est pas aisé de nommer.
Vaste exigence terminale engagée par la grisante passion,
Grandiose jusqu'à ce moment fantasque où jaillit la frénésie.

Le voilà, envoûtant de virtuosité dans l'avide ineffable,
Qui transmue la volupté aux sensuels instants de l'ailleurs.


P. MILIQUE

10/03/2017

ÉCLAT DE VIE AVORTÉE

au magma présent de l'écriture,

 

ÉCLAT DE VIE AVORTÉE



Il existe des textes qui font se dresser les poils du cœur
De leurs mots écorchés qui touchent leur cible et font mal.

La douleur est palpable, lourde du trop d'amour,
Qui saigne d'une âme se mourant de trop aimer.

J'en connais une, née d'un asphyxiant souvenir,
Que je m'efforce de ne surtout pas me rappeler,
Une qui devrait s'anéantir en point noir d'oubli,
Une sorte de fantôme d'instants de bonheur vif
Que je considérais déjà comme morts de froid
Dans l'absence diaphane de nos regards respectifs.

Et puis, mû par la sérénité de paroles utiles,
Le fantôme hésitant s'est risqué à récidiver,
Rescapé incertain d'un éclat de vie avortée,
Fragment d'existence pour toujours inachevé.


P. MILIQUE

08/03/2017

DIMENSION REFUGE

etoile.jpg

 

 

DIMENSION REFUGE

 

Il se sait préoccupé par ce qu’il va lire

Autant que par la prégnance de ce qu’il va écrire.

 

L’écriture est le seul endroit où il croit pouvoir accéder

Lorsque sa plume fuse, indépendante, exclamative et péremptoire,

Rageuse de cette marginalité profondément ancrée en lui

Dans ce qu’il n’aborde toujours que comme dimension refuge.

 

Toutefois, il se sait d’abord dans la fascination des autres,

Ceux-là même dont il apprécie tant l’aisance séductrice du verbe.

 

Ces étoiles-là n’existent pas à l’inépuisable,

Et cela le trouble tant, qu’il aime à les observer.

 

P. MILIQUE

07/03/2017

L’INSTINCT DE L’ODE-LA

baisers langoureux.jpg

 

 

L’INSTINCT DE L’ODE-LA

 

Cela restera à jamais comme un jour autre…

 

Niches intemporelles aux angles morts du temps

Dans les décors animés de son imaginaire,

La magie du présent sature le quotidien.

 

Yeux verts fascinants sont l’amour d’une vie,

Incommensurable passion aux flammes embrasées…

 

Par la porte de lumière qui maintenant est ouverte,

Il marche dans l’infini d’instants-éternités

Qui brillent du soleil jusqu’à des nuits sans fin.

 

En chaque pépite de ce temps qui scintille

Au beau d’un sourire, récolter un baiser,

Déposé sur ses lèvres dans un battement d’ailes,

L’instinct de l’ode-là qui maintenant s’éveille

A l’avenir soleil qui à l’instant caresse

La précieuse étincelle, partition de la vie.

 

P. MILIQUE

06/03/2017

CHAIR ORPHELINE

au magma présent de l'écriture,

 

CHAIR ORPHELINE



Amour spécifique qui jamais n'est tiédeur
Mais bien au contraire enthousiasme le feu
Enivre et amplifie encore la brusque chaleur
De ses mots extravagants, pyromanes précieux.

Si tu voulais être ma femme,
Celle-là même que j'aimerais
Tant je soupire ton absence.

Cette femme-là n'est que souvenir confus
Qui inscrit en épure son intolérable départ.
Alors ma main caresse le creux froid de la solitude
Et ma chair orpheline pleure l'étreinte qui n'est plus.

P. MILIQUE

05/03/2017

BONHEURS DE VIE

au magma présent de l'écriture,

 

BONHEURS DE VIE


Des larmes rieuses accompagnent le rêve enchanteur.

Il est si important d'aimer pour vivre
Et de ne respirer la vie que pour aimer!

Le printemps réveille les fleurs endormies
Qui déjà éclosent en volutes de garance
Dans le quartz radieux et haletant
Des cœurs enflammés qui pulsent en rythme.

Voilà que le soleil coule sur vos lèvres,
Trajectoire exacte, équation du bonheur.

Préparez-vous donc à être heureux
Puisque le meilleur vous est proposé!

Et de vos mains désormais jointes,
Saisissez l'âme d'étoiles impatientes
Qui vous invite à fusionner le temps
Dans le don exalté du verbe Aimer.

P. MILIQUE

04/03/2017

A L'EMBRASE DE LA RUPTURE 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A L'EMBRASE DE LA RUPTURE

2

 

Dès lors, alors même que l'amour s'atrophie,
On déploie son chagrin en pétales de tristesse,
On tente de circonscrire, non sans maladresse,
La bouffée impétueuse qui tourmente l'intime.

Plus tard, la douleur inaugurée s'amplifie encore
Alors même que , par opposition, l'esprit s'altère.

Le corps déstabilisé par cette nouvelle donne,
Éprouve l'intensité électrique des maux à vif
Tandis que la vie, effrénée en son préambule,
Se dissout peu à peu dans un crépuscule atone.

(FIN)

 

P. MILIQUE

03/03/2017

A L'EMBRASE DE LA RUPTURE 1

au magma présent de l'écriture,

 

A L'EMBRASE DE LA RUPTURE

1



Toute perte subie, en particulier en amour,
Mène à l'examen de conscience approfondi
Et, pour peu que l'intéressé soit à même de le faire,
A accepter la réalité de ses erreurs aux multiples.

A l'embrasé de la rupture, rien de tout cela n'est aisé,
Et c'est dans cet incontournable que réside la difficulté.

Nos perceptions personnelles aspirent au dissemblable.
Combien peuvent prendre, aux turbulences spiralées,
Le recul nécessaire pour atteindre aux crêtes du sincère,
Prendre la distance qui les ouvrira à l'objective réalité
De leur responsabilité certaine dans ce qui n'est plus?

Trop d'incidences temporelles, trop de vécus communs,
Empêchent d'envisager aussi peu que ce soit
L'impossible éventualité d'une telle brisure.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

02/03/2017

PSYCHIATRIQUE DÉRIVE

ASILE.jpg

 

 

PSYCHIATRIQUE DÉRIVE

 

C’est un être absent et endormi.

Il fait bégayer et dérailler les mots issus

D’un traitement asilaire plus assommant que salvateur.

 

Accords et désaccords intimement entremêlés

Tissent une réfutation aussi solide qu’étayée

Et lui imposent l’évidence impossible

De son passé désormais en deuil.

 

P. MILIQUE

01/03/2017

RÉSONANCES CONCRÈTES

CRI.jpg

 

 

RÉSONANCES CONCRÈTES

 

Le scandale est là, enfiévré,

Qui affirme des choses irrecevables

Où se greffent les peurs malsaines de la différence.

 

Du tréfonds de l'inconscient

Surgit ce qui se trouve à l'habitude enfoui.

 

Trouble immédiat en quête de l'invisible

Dans l'ébranlement de l'être souvent

Saisi au bord du cri, au bord du spasme.

 

L'expérience vive de l'inéluctable

Trouve alors une résonance concrète

A l'impératif d'une plume sereine et en attente.

 

P. MILIQUE

28/02/2017

MARGE CHOISIE

SEDUCTION.jpg

 

 

MARGE CHOISIE

 

Les apparences ne sont pas toujours trompeuses.

 

Elles ouvrent parfois d’audacieuses perspectives.

Offrandes à vivre l’émerveillement d’une vie

Autrement que dans le présent ici et maintenant.

 

Vision radieuse d’un avenir exacerbé

Par l’impatience d’un bonheur inconsolable

Impliquant de claquer la porte au nez de la douleur

Parce que être heureux, c’est d’abord ne pas souffrir.

 

Ne reste plus alors qu’à se laisser couler en autrui

En succombant à la proposition lumineuse d’une séduction choisie,

Pour enfin accoster, aux dernières lueurs du jour,

Les seules assez rebelles pour résister aux ténèbres.

 

P. MILIQUE

27/02/2017

L’INFRUCTUEUX DU REFOULE

Le-marginal.jpg

http://alain1945.rmc.fr/

 

Bonjour et bienvenue à tous les passionnés de peinture. Les œuvres qui seront publiées sur ce blog, ont été réalisées par le peintre ALAIN. C'est un artiste autodidacte qui peint selon ses ressentis du moment. De nombreux thèmes seront abordés grâce à ses tableaux. J'espère qu'ils vous feront voyager et vous émerveilleront.

C'est parti, le voyage dans "Le monde en peinture" peut commencer. 

 

L’INFRUCTUEUX DU REFOULE



Il n’aime rien moins qu’être l’odieux
Dont il se nourrit avec avidité,
Mêlant avec délectation violence et cynisme.

Il n’y a jamais rien de cohérent en lui...
Promiscuité rigide au vivre de soi-même
Qu’il pense valider dans le bien fondé de sa marginalité
Entrecoupée de crise de panique et de démence
Qui, au moment éprouvé de la haine,
Le pulvérise en une ultime poussée de folie,
Ce sentiment d’exacerbé dans l’infructueux du refoulé!

Il sait qu’il ne trouera jamais la carapace
De l’immonde malsain qu’il est devenu
Alors, il reprend le fil tenace de ses hantises,
Abdiquant toutes ses velléités aux bas-fonds,
Dans l’espoir soutenu d’un temps présent qui s’ensevelit
Sous la terre gelée d’une trajectoire qui doit suivre son cours.

P.MILIQUE